Les croix et les calvaires

Les croix

Une omniprésence qui atteste d'une ferveur séculaire


Comme en atteste le nombre de croix, exceptionnel dans la région, qui parsèment son territoire, Bouhy s'est tout au long de son histoire distingué des villages alentours par la ferveur de ses habitants. Dans le bourg, à proximité des hameaux, à la croisée des chemins, en tout on en compte une quarantaine, entières ou plus ou moins ruinées. Certaines remontent à plusieurs siècles, ainsi la croix en pierre au pied du château d'eau portant la date de 1699. Toutefois, la plupart sont relativement récentes, de la seconde moitié du XIXe siècle notamment, dressées en place de plus anciennes, délabrées par les intempéries ou volontairement détruites sous la Révolution.

Il y a quelques décennies encore, les croix étaient l'objet d'un pieux respect et de la vénération des paroissiens, qui jamais ne fussent passés devant l'une d'elles sans se signer. Etapes processionnelles de recueillement, elles étaient dévotement décorées à l'occasion de certaines fêtes, immanquablement le dimanche des Rameaux et pour « Pâques fleuries ».



Ancien monument dédié à la Vierge

Le calvaire



Un calvaire monumental offrant un extraordinaire point de vue panoramique.

Dominant le village et offrant du haut de sa tour accessible par un escalier intérieur un extraordinaire point de vue panoramique, le calvaire monumental de la route de Ravière a été élevé en place d'une statue de la Vierge érigée en 1912. Construit en 1932, sa dégradation par les intempéries a nécessité une totale réfection en 1955.

 


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : lundi 13 mars 2017