Saint Pélerin et la légende du serpent




Saint Pélerin








               

Evêque missionnaire, saint Pèlerin avait été envoyé de Rome, en 258 par le Pape Sixte II pour évangéliser le centre de la Gaule. D'Auxerre, où il jeta les fondements d'une chrétienté, il se rendit à Entrains, qu'il dut fuir devant l'hostilité des païens pour s'aller cacher à Bouhy, près d'une source qui depuis porte son nom. Là, les soldats romains de Valérien l'arrêtèrent et l'emprisonnèrent près de Cosme, à l'endroit où fut édifiée la chapelle Sainte-Anne. Condamné à la peine capitale, il fut exécuté le 16 mai 259 et enterré à l'emplacement de l'actuelle église.
                

La légende du serpent





Parmi toutes les légendes héritées du culte païen attachées à saint Pèlerin où il est question d'un serpent, deux d'entre elles méritent d'être rappelées.

Lorsque saint Pèlerin fut trouvé assis au bord de la fontaine, un païen le fouetta pour le forcer à se lever. Son fouet se changea en serpent qui alla se cacher dans l'eau. Depuis lors, chaque année, le 16 mai au lever du jour, on peut voir un serpent se mouvoir au milieu de l'eau. Ainsi venait-on de très loin chercher de la terre de Saint-Pèlerin pour fabriquer des potions contre les morsures de serpents.

Dans cette autre légende, le serpent joue un rôle maléfique. Dissimulé dans un aulne creux, saint Pèlerin fut trahi par un serpent qui, caché dans l'arbre, tira sa robe rouge, dévoilant ainsi sa cachette aux Romains. Maudissant le serpent, il le chassa à jamais, et s'adressant à l'arbre, il lui dit "aulne, tu ne repousseras plus sur le territoire de Bouhy !" Ainsi n'a-t-on jamais plus rencontré de serpents venimeux à Bouhy et aucun aulne n'a repoussé.


La fontaine Saint Pélerin

Un trou de verdure enchanteur où chantent les légendes du serpent

Des vestiges découverts aux abords immédiats de la fontaine témoignent que le site était déjà fréquenté pendant l'Antiquité. Ceux d'un aqueduc mis à jour au XIXe siècle donnent à penser que la source devait être captée pour alimenter en eau potable les lieux habités circonvoisins.

Ce n'est qu'après la mort de saint Pèlerin, selon la tradition, que le site a acquis son caractère sacré. Sa réputation de saint-guérisseur s'est perpétuée, et pendant des siècles les fidèles l'ont notamment invoqué contre la folie furieuse, les maladies purulentes de la peau et, bien évidemment, les morsures des bêtes venimeuses.


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : lundi 13 mars 2017